Du studio au live avec Superbus – de ICON à VENUE

Charly de Schutter en studio et en façade. Emmanuel Gagliano aux retours

On ne présente plus Superbus, groupe coloré mené par la pétillante Jennifer Ayache, et dont le succès va grandissant d’album en album. Leur dernière tournée en date, le Lova Lova Tour a compris plus de cinquante dates de mi avril à fin décembre 2009 en France, Belgique, Luxembourg et Suisse. Depuis l’automne, les consoles de façade et de retours sont deux VENUE Profile 48 I/O. Un Pro Tools HD3 assure quant-à lui l’enregistrement multipiste et permet le virtual soundcheck. De plus, des sons complémentaires et diverses commandes sont lancés à partir d’une configuration Pro Tools LE.

La façade est assurée par Charly de Schutter, citoyen Belge diplômé de l’IAD de Louvain. Il travaille depuis une dizaine d’années en tant qu’ingénieur du son et partage son temps entre spectacle vivant et studio. Il collabore régulièrement avec des artistes aussi divers que Misia, Pleymo, Daran, Kyo ou Deep Forest. Il nous explique avec passion son aventure Superbus, du studio au live en toute simplicité.

« J’ai réalisé voici quatre ans le son façade de la tournée de Kyo, dont Superbus assurait la première partie. Ils ont apprécié mon travail et nous sommes partis ensemble en tournée. C’est durant cette période que nous avons commencé à passer du temps en studio pour produire des inédits et des mixages télé. J’ai ensuite réalisé le mixage de leur premier DVD live, dont la captation fût réalisée au Zenith de Paris. J’ai également enregistré et mixé le dernier album du groupe, « Lova Lova ».

Les séances studio avec ICON

« J’ai le privilège de disposer à Bruxelles depuis 2006 d’un studio confortable, articulé autour d’une console Avid D-Command 24 faders et d’un Pro Tools HD3/192. »

« Je travaillais auparavant principalement sur des consoles analogiques, mais ce matériel impose en studio une méthode de travail spécifique. Lorsque je commençais le mixage d’un titre, il me fallait le mener au bout. Si j'interrompais la séance pour la reprendre ultérieurement, il fallait noter l’ensemble des réglages des tranches avant de remettre la console à zéro. Puis, avant la reprise du mix, il était nécessaire de tout reconfigurer. C’était très fastidieux. »

« L’ICON permet une mémorisation des paramètres. Je peux ainsi travailler pas à pas sur des mixages, au gré de mes inspirations, sans être tenu par le planning. Il m’arrive dans la même journée de passer plusieurs fois d’un titre à un autre voire d’un artiste à un autre. Le rappel d’une configuration de mixage est pour ainsi dire instantané. »

« Au mixage, j’ai de plus en plus tendance à utiliser directement dans Pro Tools les effets plug-ins. Ils permettent depuis quelques années d’obtenir une excellente qualité . Mes plug-ins sont de marque Avid – simulation de Fairchild, UA et UREI … mais également Waves… »

La scène avec une VENUE Profile en façade

« On peut dire que le studio est l’école de la précision et de la recherche d’une certaine perfection. En tournée, l’objectif premier reste l’efficacité, l’impératif étant d’offrir au public le meilleur spectacle possible à l’heure prévue. Travailler dans les deux univers m’incite à chercher à apporter en studio une part de l’efficacité du live, et à conserver autant que possible en concert la précision et l’exigence du studio. »

« On pourrait résumer la Profile en trois mots ; possibilités, accès, fiabilité. J’ai fait le début de la tournée, au printemps, avec une console analogique. A l’arrivée de la Profile, j’ai pu gérer beaucoup mieux certains sons qu’avant, grâce à la diversité d’outils dont je dispose. Pouvoir placer deux voire trois plug-ins sur une tranche me permet des résultats pour la basse ou les voix que je ne pouvais obtenir avec la configuration analogique, sauf à prévoir douze racks externes. »

« Dans la sensation sonore, je retrouve des choses proches des meilleures consoles analogiques, y compris en utilisant les préamplis Avid. La Profile sait faire oublier sa technologie numérique. Les consoles Digi ont bien entendu leur propre couleur, mais je ne ressens pas certains défauts propres à d’autres consoles qui sonnent particulièrement « numérique ».

« La prise en main de la Profile m’a été d’autant plus facile que je retrouve une familiarité avec l'ICON D-Command de mon studio. »

Traitements tout plug-ins

« A l’exception d’un rack Empirical Labs Fatso en sortie générale de la console, le processing est exclusivement réalisé en plug-ins. J’ai souhaité pour la tournée retrouver les conditions du mixage « in the box » de l’album. La compatibilité entre Pro Tools et la VENUE étant bien entendu totale, c’était possible. Sur pratiquement chaque tranche, j’ai inséré un plug-in Waves SSL-E-Channel, qui émule très correctement une tranche de SSL 4000 en ce qui concerne les filtres, les corrections, le traitement de dynamique et la gate. Chez Avid, j’aime beaucoup les compresseurs Fairchild pour les voix. Je ne me prive pas non plus des déesseurs, que je trouve magnifiques. Toutes les reverbs sont des D-Verb qui permettent des effets plus créatifs que certaines reverbs hardware très propres mais « lisses ». J’utilise des programmes non linéaires pour la batterie, mais également des room et hall. » « J’insère enfin sur les groupes de batterie et guitare deux MCDSP Analog Channel pour donner une coloration spécifique, proche des compressions et distorsions que l’on obtient avec des bandes analogiques. »

Les presets Pro Tools du disque à la tournée

« Pour certains plug-ins, j’ai repris les paramètres tels que ceux utilisés pour le disque et cela marche très bien, je retrouve le son. Je reprends même en live des méthodes de travail de studio comme la compression parallèle utilisée pour la batterie, la basse et les guitares. »

« En revanche, je dois prendre en considération les contraintes acoustiques du live. Pour la voix par exemple, je ne peux pas utiliser les taux de compressions du studio au risque de remonter énormément le bruit ambiant. »

« Concernant la charge des DSP, j’ai quatre cartes dans la console. En dépit de la grande quantité de plug-ins que j’utilise, j’ai le sentiment de n’utiliser que 50% des capacités de traitement. Je n’ai jamais ressenti de limitation. »

Les retours avec VENUE Profile également

Pour les retours, nous retrouvons aux manettes Emmanuel Gagliano. Résidant Corse où il dispose aujourd’hui d’un studio articulé autour d’un Pro Tools LE, Manu a commencé par arpenter les festivals pour Arpège. Il a rencontré Charly sur une date du groupe Kyo où il assurait le calage du système. La sympathie faisant, ils sont partis ensemble sur la tournée Kyo en 2005 et les voici réunis à nouveau sur celle de Superbus.

« C’était un peu un challenge, mais mon habitude d’utilisation du Pro Tools LE dans mon studio m’a permise de rapidement me sentir à l’aise sur le matériel Avid présent. »

« Comme celle de façade, ma console de retour est une Venue Profile 48 I/O. Je ne la connaissais pas avant la tournée. La prise en main a été rapide et je tiens à remercier Sebastien, de Best Audio, pour ses précieux conseils. J’ai cherché à la configurer de la façon la plus ergonomique possible. Certains détails font la différence comme la possibilité de retrouver la tranche du « lead » au même endroit quelle que soit la couche de fader utilisée. Le logiciel DShow est hyper simple. Nous avons fait des salles compliquées en acoustique et sa simplicité m’a aidé à rester concentré sur le son. »

« Superbus est constitué de musiciens qui viennent du club. Ils ont l’habitude des gros niveaux d’amplis et d’être enveloppés par le son. Sur la tournée, ils sont tous en ear monitors IEM et j’ai avant tout cherché à reconstituer dans leurs retours l’ambiance de plateau. A cette fin, j’utilise beaucoup les micros d’ambiance pour permettre aux musiciens d’être au maximum immergés dans la salle, que je traite avec des plug-ins dont un EQ MCDSP et un compresseur limiteur Smack Avid, que je qualifierais du compresseur le plus « cool » du monde. Pour la réverbération, je n’utilise également que des plug-ins avec une ReVibe. »

Le virtual soundcheck avec Pro Tools HD

« J’ai enregistré une dizaine de shows avec le Pro Tools HD connecté à la console, que j’utilise désormais comme lecteur pour affiner mes mixages casques sans avoir besoin de la présence des musiciens. En balance, on a rarement le temps de faire ce travail qui s’apparente à de la production. Je tiens à peaufiner chaque titre de façon indépendante, en modifiant la couleur du son et la réverbération (plug-in ReVibe), tout particulièrement sur la voix et les caisses claires. » « Lors de la préproduction de la tournée, le groupe sortait de studio où il avait pris l’habitude de retours de qualité. J’ai voulu continuer à leur restituer ce confort et seul le virtual soundcheck me permet ce travail. »

Pro Tools LE aux commandes également

Chargé de la gestion du Pro Tools, Sébastien Marc est l’ancien assistant de Mick Lanaro avec lequel il a acquis une solide expérience avant de gérer avec deux amis pendant quinze ans un studio dans sa ville natale de Clermont Ferrand. Certains des groupes enregistrés lui demandaient d’assurer leur son sur scène et il y a pris goût. Disposant d’une bonne connaissance de Pro Tools, il a travaillé comme ingé Pro Tools sur les tournées de Florent Pagny et de Pascal Obispo, puis aujourd’hui avec Superbus.

« Mon rôle consiste à lancer le click, des sons complémentaires et le code SMPTE pour synchroniser les images sur les écrans. Une session Pro Tools autonome est ouverte contenant dans la continuité la totalité des événements. Je les lance au fur et à mesure. Le gros intérêt d’avoir sous la main une session plutôt qu’une bande est de pouvoir modifier le contenu des événements, le nombre de mesures … au fur et à mesure des répétitions et des spectacles. »

« Le choix de Pro Tools allait de soit. Les sessions ont été préparées à partir des multipistes studio du dernier album, réalisé également sur Pro Tools. Charly a fait un pré choix sur les pistes de l’album. Il a retenu certains sons complémentaires (claviers …) qui étaient nécessaires pour compléter le son live pendant la tournée. Il ne me restait qu’à organiser tout cela pour m’y retrouver. »

De gauche à droite : Charly de Schutter (façade), Emmanuel Gagliano (retours) et Sébastien Marc (Pro Tools)

Dès la fin du concert, Charly montait dans sa voiture pour retourner à Bruxelles où un mixage l’attendait le lendemain matin à son studio Recandroll. Manu s’envolait pour sa Corse et Sébastien rejoignait sa famille à Clermont. Les trois amis ne se quittaient pas pour longtemps, la tournée Superbus continuait le surlendemain à Toulouse.

Un grand merci à toute l’équipe pour ce chaleureux moment passer en leurs compagnies.