Jean-Louis Aubert «Un tour sur moi-même» avec VENUE D-Show Profile et Mbox2 Micro

Jean-Louis Aubert

Jusqu’au mois de juin 2008, Jean-Louis Aubert revient avec sa tournée acoustique « Un tour sur moi-même ». Seul en scène, et à l’occasion de plus de 120 dates toutes complètes, il revisite 30 ans de vie musicale au gré de ses envies et des demandes du public. Son blog donne le ton : « Tel un indien, sa guitare est son arc, et dans son carquois des chansons qui vont droit au cœur. ». Moments d’intimité et morceaux de bravoure se succèdent, entre sincérité de la guitare-voix et performances scéniques éclatantes où tous les instruments sont joués par Jean-Louis grâce à un habile mélange de hautes technologies. Il le dit lui-même : « Le plus drôle c'est que j'oublie parfois que je suis seul ».

Bob Coke, qui a précédemment collaboré avec Ben Harper et Noir Désir en studio, est l'ingénieur du son en charge de cette tournée « Un tour sur moi-même ». Jean-Louis Aubert se dit très proche de lui, au point d’ajouter « quand je suis dans le bus, […] je considère l'équipe technique comme mon nouveau groupe ».


Bob Coke entouré de Aymeric Sorriaux (gauche) et Thomas Barbarat (droite)

Pour cette tournée, Bob Coke dispose d’une console D-Show PROFILE, équipée de son rack Stage et son rack FOH, avec laquelle il gère la façade et les retours ainsi que l’enregistrement. La console reçoit en tout 26 lignes. « Il y a la voix lead, la voix piano, un gauche-droite pour le piano ou 3 micros quand c’est un piano acoustique, un micro Schoeps et des DIs pour capturer les guitares acoustiques (Martin 00018 de 1941, Takamine 12 cordes et Yamaha Cordes Nylon…)… » explique Bob Coke.

Les percussions sur scène contribuent grandement à l’esthétique sonore. Jean-Louis les détaille : « il y a le Hang, que j'appelle soucoupe Panard en hommage à son inventeur zurichois ; il y a aussi le Udu (cruche), un instrument marocain normalement en terre cuite, mais ici plus résonnant car en résine ; et les autres percus qui ont des ressorts plantés dans les peaux, ce qui créé une réverbération à ressorts naturelle ». Ainsi, en tout, 6 percussions sont reprises à la console.


Jean Louis Aubert
© Lambert Boudier

Dans les moments orchestrés par juxtaposition de boucles par Jean-Louis Aubert, la configuration mise en place est très ingénieuse. Jean-Louis joue sur scène avec 4 racks Echoplex de Gibson, parfaitement synchronisés et pilotés par plusieurs pédaliers, le tout relié à la console D-Show Profile. Bob Coke nous explique : « Jean-Louis gère ses loops sur les Echoplex après traitement des sources audio par la console. Partons d’une guitare par exemple; je récupère son signal sur la console, le renforce en salle, et le renvoie également dans son Echoplex avec un traitement identique à celui de la façade. Comme ça, le public entend toujours le même son de guitare, qu’il soit live ou bouclé. De plus, Jean-Louis contrôle les 2 entrées Footswitchs de la Profile depuis la scène. Ce qui lui permet d’envoyer sa voix et/ou sa guitare dans le même Echoplex. Sur une deuxième couche de la console je traite autrement les sources sonores pour ses in-ear monitors. Enfin, j’utilise 4 micros d’ambiances, qui servent aux retours et à créer en direct des boucles du public chantant. L‘architecture de la Profile facilite l’interactivité créative entre la scène et la régie son ».


Mixage des inédits dans le Tour Bus
avec Pro Tools et la Mbox2 Micro

En effet, Bob Coke connait bien Pro Tools (depuis la version 4) et apprécie de pouvoir enregistrer 18 pistes directement dans celui-ci en connectant simplement la Profile à un ordinateur en FireWire. « Tous les shows sont enregistrés dans le Pro Tools LE, ce qui me permet de relire et mixer des inédits dans le tour bus avec la Mbox 2 Micro, préalablement au DVD. Parfois, Jean-Louis relit également les enregistrements des balances pour y récupérer des idées. J’utilise aussi ces enregistrements comme « soundcheck » virtuels. Pour la captation du DVD, nous avons échangé la carte firewire pour une carte HD. Ainsi nous avons récupéré des pistes supplémentaires pour ajouter plus de micros d’ambiance. »

La flexibilité constitue aussi un atout particulier de la D-Show PROFILE. Bob Coke raconte à ce sujet que « Jean-Louis ne fait jamais deux fois la même « set list ». J’ai donc configuré la console de façon à pouvoir le suivre avec un snapshot de base très évolutif. Je dirais que je gère la console pendant le show plus comme une console analogique mais avec les avantages de la programmation numérique… le meilleur des 2 mondes en fait ! ». Il ajoute : « J’ai 23 plug-ins ouverts en permanence. Je me sers beaucoup des Sonox (EQ et Compresseur), de l’Echo Farm et également de la Revibe (une en façade et une en retour). »


Plus de 120 dates à guichet fermé
© Lambert Boudier

Et Bob Coke rajoute : « La carte ethernet de la console reliée à une tablette PC tactile (en liaison avec une borne wifi) me permet de rester en contact avec la console. Cela me donne une grande flexibilité de déplacement dans la salle et sur la scène. L’ergonomie de cette console est géniale, ses possibilités de configuration, les plug-ins… J’adore aussi les boutons en champignon, leur petite résistance quand tu les tournes te fait sentir que ce n’est pas juste un contrôleur… J’avais déjà l’expérience de plusieurs consoles numériques mais selon mes critères et les exigences de cette tournée, la D-Show Profile correspondait pleinement à mes attentes. »

Un grand merci à : Bob Coke, Jean-Louis Aubert, Thomas Barbarat, Aymeric Sorriaux et Lambert Boudier.

Vous pouvez retrouver les inédits audio et vidéo des concerts sur le blog officiel (après inscription gratuite) et également sur le myspace « Un tour sur moi ».