Montage d’effets visuels sur Quantum

Un film propulsé au plus haut niveau grâce au montage et à ses effets visuels.

Certains thrillers d’action sont plus impressionnants que d'autres, et les films de James Bond se retrouvent généralement en tête de liste. Quantum Of Solace : L'Essence de la Vie ne semble pas faire exception à la règle avec ses poursuites automobiles enivrantes et manœuvres aériennes défiant la mort, ainsi que ses séquences de chutes spectaculaires du haut d’un clocher, de plafonds vitrés fracassés et de combats en équilibre sur des échafaudages. Et ce n’est que le début.

« Malgré la nature fantastique de plusieurs scènes, le réalisateur Marc Forster souhaitait que ces dernières soient vraiment réalistes », affirme Derek Burgess, monteur d’effets visuels. « Nous avons accompli un travail colossal pour réaliser tous les effets visuels, allant de la suppression des câbles à la création de composites sur fond vert et de personnages CG par capture de mouvements. »

Cette attention portée aux détails est bien évidente dans la séquence époustouflante où deux personnages sont projetés hors d’un avion. Burgess explique : « Cette séquence a été filmée dans un simulateur de vol équipé d’un gigantesque soufflerie [permettant de simuler une chute libre] pour rendre la scène aussi réaliste que possible. Nous étions confrontés aux challenges associés au tournage dans ce simulateur, ainsi qu’à la difficulté que pouvaient avoir les acteurs à maintenir leur équilibre. Olga [Kurylenko] et Daniel [Craig] ont donc répété cette scène de nombreuses fois. Neuf caméras Dalsa filmaient simultanément les mouvements corporels pour les personnages CG, et une caméra Arri était installée pour les gros plans. Sept caméras Sony F900 servaient également à filmer du matériel de référence supplémentaire. »

Cinq studios d’effets et une petite équipe interne ont réalisé les 942 plans d’effets visuels de ce film, dont les scènes ont été tournées sur plusieurs continents. « Nous avons été très occupés dès le commencement », mentionne Burgess, qui a travaillé pendant 10 mois sur Quantum of Solace. « Normalement, vous pouvez bénéficier d’une période d’adaptation progressive, mais pour ce film, nous devions fonctionner à plein régime dès le départ. »

 
 MetaFuze a réellement transformé ma méthode de travail.
Derek Burgess, monteur d’effets visuels, Quantum of Solace

MetaFuze offre un workflow simplifié pour les effets

Bien que la quantité et la complexité des effets visuels soient stupéfiantes, le processus de montage des effets s’est déroulé de façon relativement simple. Burgess a pu travailler en collaboration avec les monteurs d'images Matt Chesse et Richard Pearson en utilisant une solution de montage et de stockage partagé d’Avid. Ce système leur a permis de gérer toutes les étapes du montage des effets, allant de l’importation des fichiers d’effets au compositing de séquences sur fond vert, en passant par l’ajout d’effets 3D en temps réel et l’utilisation d’outils d’alignement et de correction des couleurs en HD. Avec son système Media Composer connecté au réseau de stockage partagé Avid Unity MediaNetwork, Burgess pouvait également partager instantanément la totalité de ses fichiers média et données de projet avec l’équipe de montage.

Toutefois, ce système n’assurait qu’une partie des responsabilités liées au partage de médias. Il devait également faire le suivi de tous les fichiers d’effets visuels acheminés vers/depuis les studios d’effets. Il aurait normalement eu à créer une base de données pour y consigner toutes les métadonnées associées aux plans d’effets individuelles. Il a plutôt utilisé le nouvel outil MetaFuze d’Avid, qui est conçu pour permettre l’importation des fichiers DPX avec les métadonnées incorporées dans un média Avid DNxHD. Ces fichiers étaient importés directement dans la timeline Avid et intégrés de façon transparente avec les autres images au format Avid DNxHD 36 utilisé pour le montage du film. Il estime que la fonctionnalité MetaFuze lui a permis de gagner une ou deux heures par jour en simplifiant les activités administratives.

« MetaFuze a réellement transformé ma méthode de travail », explique Burgess, qui a demandé à tous les studios d’effets de livrer des fichiers DPX. « La méthode précédente n’était pas très efficace. Nous devions créer des fichiers JPEG de chaque image afin de les importer dans le système Avid, pour ensuite les synchroniser. Grâce à MetaFuze, toutes les métadonnées [incluant les informations des caméras] sont importées directement avec les images. Comme les métadonnées sont incorporées, nous créons simplement des EDL pour la conformation DI. Cette méthode nous évite de devoir noter les modifications apportées aux effets visuels. »

De plus, la qualité des fichiers DPX est supérieure à celle des fichiers QuickTime utilisés comme référence lors des montages. « L’utilisation de fichiers DPX issus de scans 2K facilite grandement le visionnement d’images à la qualité cristalline et la détection des erreurs dès les premières étapes du processus », confirme-t-il. « Ceci est très important car les producteurs, les directeurs de la photographie et le réalisateur visionnaient constamment les séquences en cours de montage. Il était important pour eux d’obtenir des séquences de qualité optimale pour avoir une idée du résultat final. Nous avons donc opté pour un workflow très efficace et sans surprise, qui nous a permis d’accomplir beaucoup de travail sur une période de temps relativement courte », ajoute-t-il.

 
 L’utilisation de fichiers DPX issus de scans 2K facilite grandement le visionnement d’images de qualité cristalline et la détection des erreurs dès les premières étapes du processus.
Derek Burgess, monteur d’effets visuels, Quantum of Solace

Burgess a également utilisé les outils de correction de couleurs intégrés du logiciel Media Composer pour retoucher les fichiers DPX, en créant des compositings temporaires qui se mélangeaient de façon naturelle avec les images filmées pour générer des effets aussi homogènes que possible. Il s’agit d’un autre avantage sur les fichiers QuickTime, qui produisent souvent des variations de couleur assez importantes pour compromettre la qualité finale.

Burgess travaille aussi régulièrement avec les autres fonctionnalités du logiciel Media Composer, comme la fonction de compositing AniMatte, le logiciel de tracking mis à jour, l’outil 3D Tool et l’effet Time Warp, qui délivrent tous des résultats d’une qualité exceptionnelle avec les images cristallines et détaillées du codec Avid DNxHD 36.

« Le fait de pouvoir travailler en HD représente un avantage de taille », déclare-t-il en parlant des tendances de l’industrie. « Aucun détail ne peut vous échapper. Je ne pourrais plus travailler autrement. »

CREDITS: Quantum of Solace © 2008 Danjaq, LLC, United Artists Corporation, Columbia Pictures Industries, Inc. All Rights Reserved