Technicolor (France)

Avec l'objectif de devenir la première entreprise de post-production d'Europe, Technicolor ouvre un nouveau studio à Paris avec Pro Tools|HD et ICON.

Société de production cinéma et fournisseur de services leader aux États-Unis, Technicolor connaît une croissance constante en Europe. L'entreprise a récemment racheté les Auditoriums de Joinville et la Société Industrielle de Sonorisation pour diversifier ses services audio, ainsi que les sociétés ScanLab et Duboi pour développer ses services de post-production. Elle renforce aujourd'hui sa position sur le marché européen de la post-production avec l'implantation d'un nouveau centre audio Technicolor Entertainment Services France (TESF) à Saint-Cloud, en région parisienne. 

Pour Technicolor, il s'agit de la première implantation en Europe entièrement dédiée à la post-production audio. Pour Fred Taieb, superviseur/mixeur, concepteur audio et directeur du studio TESF, le choix d'un système audio adapté est essentiel pour obtenir le workflow le plus optimisé possible, au sein du complexe mais aussi entre les autres complexes Technicolor à travers le monde. Ses systèmes préférés ? La famille Avid Pro Tools|HD.

« Nous réalisons l'intégralité du travail, enregistrement, post-synchro et voice-over, sur Pro Tools|HD, explique-t-il, et les trois studios de mixage sont chacun dotés d'une console Avid ICON. »

Pro Tools|HD, Pro Tools 10 et ICON sur le devant de la scène

Le complexe de 650 mètres carrés est principalement occupé par six studios : trois studios d'enregistrement/post-synchro et trois studios de mixage. Fred Taieb, particulièrement impliqué dans le choix des systèmes et les orientations techniques, a choisi des systèmes Pro Tools|HD pour tous les studios : Pro Tools|HD Native pour les studios d'enregistrement et Pro Tools|HDX pour les studios de mixage, en fonction des besoins des équipes.

« Nous recevons et livrons l'ensemble des éléments au format Pro Tools, il est dont plus facile et plus fiable d'utiliser Pro Tools d'un bout à l'autre de la chaîne », explique Fred Taieb. « C'est un outil parfaitement adapté à la post-production. Après que mes amis bêta testeurs américains m'ont dit que Pro Tools HD 10 était un outil vraiment stable et ne nécessitait pas de mise à jour de plug-ins particulière, je l'ai installé immédiatement. Les résultats sont extrêmement positifs. Grâce à sa gestion de la RAM avec un cache disque, Pro Tools HD 10 est un outil bien plus puissant, qui nous permet de travailler plus rapidement et efficacement que jamais. »

Parmi les studios de post-production audio, les studios 1, 2 et 4 sont dédiés à l'enregistrement, tandis que le studio 3, doté d'un monitoring 7.1 et d'une surface de contrôle ICON D-Command ES, est réservé au mixage. Les studios 5 et 6, consacrés au cinéma, sont équipés d'une ICON D-Control ES 32 ou 48 faders.

« Je mixe sur ICON depuis 2003 et, pour moi, la D-Control est une console extrêmement efficace, souligne Fred Taieb. Elle est facile à utiliser, particulièrement efficace et fiable. En associant la D-Control et Pro Tools HD 10, j'oublie la technologie et peux laisser libre cours à ma créativité pour faire au mieux mon travail ».

Ce qu'il préfère ? Les options d'automation avancées, qu'il utilise quotidiennement. « Pour des films comme Transformers, j'ai dû faire des rappels sur le mix de la version française. Trois ans plus tard, j'ai retrouvé tous mes éléments et toute mon automation, y compris les plug-ins, en quelques clics. Vous pouvez également contrôler les paramètres de traitement à l'aide des encodeurs et des faders. Par exemple, j'apprécie de pouvoir contrôler le decay d'une réverbération, afin qu'elle corresponde parfaitement aux mouvements des personnages à l'écran, tout en regardant l'image. C'est simple, efficace et intuitif. »

Une entreprise internationale

L'Europe, vu sa richesse linguistique, requiert un grand nombre de doublages pour les sorties en salle. C'est à ce moment-là que les complexes tels que TESF entrent en scène. « Lorsqu'un film est distribué dans le monde entier, sur les 40 langues demandées, entre 28 et 32 sont produites en Europe » explique Fred Taieb.

Pour faciliter l'échange des éléments audio et vidéo tout en conservant un niveau élevé de sécurité, TESF s'appuie sur son réseau TPN (Technical Private Network), qui relie l'ensemble des complexes Technicolor, situés notamment à Hollywood, mais aussi au Canada, en Italie, au Royaume-Uni et en Thaïlande. « En général, nous recevons une session Pro Tools, comprenant la VI et les voix anglaises pour référence », note-t-il.

Ouvrir la voie au mixage multilingue

En plus d'enregistrer et de mixer les versions françaises de nombreuses bandes son de films, Taieb souhaite également que les autres langues soient mixées au studio Technicolor. L'ensemble du traitement est réalisé à l'aide de plug-ins dont les paramètres peuvent être rappelés immédiatement, c'est pourquoi il est particulièrement facile pour l'équipe de développer des versions multilingues des mix.

« En l'espace de quelques secondes, nous pouvons rappeler les paramètres de réverbération et d'ambiance, ainsi que tous les traitements déjà préparés dans Pro Tools pour la version française, pour ensuite les utiliser comme base pour les autres versions, précise Fred Taieb. Notre expérience du mixage dans les langues européennes nous permet de mettre plus ou moins en avant la voix en fonction des caractéristiques de chaque langue. »