La trilogie du Hobbit prend vie grâce à la magie de Media Composer

Passer à une technologie révolutionnaire avec Media Composer

La trilogie Le Hobbit de Peter Jackson est l'une des plus attendues de ces dernières années. Pour donner vie à cette précieuse histoire, Peter Jackson a bénéficié d'une technologie innovante et de l'effort commun d'une équipe professionnelle expérimentée. Jabez Olssen, son collaborateur de longue date qui a été assistant monteur et cadreur en 2000 sur la trilogie Le Seigneur des anneaux, a aidé Peter Jackson à concrétiser sa vision audacieuse. Jabez Olssen a été promu seul monteur des trois volets de la trilogie du Hobbit et Media Composer est la clé de sa réussite.

Cinq mois pour boucler le montage

Comme pour la trilogie du Seigneur des anneaux, le tournage des trois volets du Hobbit s'est déroulé sur une période de 18 mois. Cet important projet technique a nécessité 60 caméras EPIC RED Digital Cinema équipées pour un tournage stéréoscopique (3D). Après la fin du tournage, Jabez Olssen n'a eu que cinq mois pour boucler le montage et préparer le premier opus Le Hobbit : Un voyage inattendu pour sa sortie au cinéma.

Pour finir à temps, Jabez Olssen s'est appuyé sur une infrastructure de post-production construite autour d'équipements Avid. Treize stations Media Composer, dont 10 équipées de boîtiers Nitris DX, ont servi de workflow pour le montage. Tous les studios de production étaient reliés par fibre et connectés à un système Avid ISIS 7000, permettant un stockage partagé de 128 To. Et le stockage était un point important : 2 200 heures de rushes au total pour les trois films, soit l'équivalent d'environ 7 millions de mètres de pellicule.

L'équipe de montage comprenait huit assistants monteurs, dont trois en charge des effets visuels. Les procédures qu'ils ont utilisées étaient identiques à celles d'un projet cinématographique classique. « Nous avons pris les fichiers médias des caméras RED comme des négatifs numériques », explique Jabez Olssen. « Le studio de Peter, Park Road Post Production, fonctionnait comme labo numérique. On récupérait les médias RED du tournage pour générer les rushes pour les assistants monteurs, qui ont ensuite synchronisé, créé des sous-clips et organisé les clips dans des projets Avid. Étant donné que nous partagions tous le même système de stockage ISIS, je pouvais accéder aux chutiers et aux rushes dès que l'équipe avait fini, même lorsque j'étais sur le plateau. Grâce au workflow Avid, le travail avec des fichiers RED s'est avéré similaire à celui d'une production cinématographique classique. »

Confort de montage

 
 Grâce au workflow Avid, le travail avec des fichiers RED s'est avéré similaire à celui d'une production cinématographique classique. »
Jabez Olssen
Monteur de la trilogie Le Hobbit

Pendant la production de la trilogie Le Hobbit, Jabez Olssen a apprécié la flexibilité offerte par le système Avid. « La connexion Fibre Channel à ISIS nous a permis d'aller beaucoup plus loin », explique-t-il. « Elle m'a permis de travailler sur le tournage avec un système Media Composer portable. »

La dernière génération en matière de technologie a également offert un confort matériel. « Nous avons transformé un camping-car en confortable régie de montage mobile », continue Jabez Olssen. « On l'appelait l'EMC (Editorial Mobile Command). Ça nous permettait de rapidement visionner les edits pendant les pauses. »

La régie de montage principale comportait un système Media Composer surpuissant avec un boîtier Nitris DX connecté à un écran plasma de 103 pouces pour Peter Jackson. Le plan était de monter en 2D puis de consolider régulièrement les scènes pour obtenir une version stéréo lors du visionnage sur le matériel Avid. Mais ils ont opté pour une approche différente. « Peter était d'accord pour monter le film en 2D », explique Jabez Olssen. « C'était tout aussi important puisque davantage de cinémas projetteraient la version 2D du film, et régulièrement, Park Road Post Production adaptait les images dans une version stéréo à 48 images par seconde, afin que nous puissions visionner le montage. Bien qu'il faille souvent retoucher le montage après le visionnage de la version 3D d'un film, j'ai trouvé qu'on avait fait beaucoup moins de modifications que prévues. Le fait de pouvoir contrôler le montage directement depuis Media Composer sur un écran de 103 pouces, au lieu d'un petit écran télé, nous a beaucoup aidés. »

Au cœur de Media Composer

Le Hobbit : Un voyage inattendu présente de nombreux personnages générés par ordinateur, dont Gollum (joué par Andy Serkis) et Azog (joué par Manu Bennett). Les personnages ont été créés grâce à une technologie permettant de capturer les performances, qui implique de filmer les acteurs en live, puis d'utiliser la synthèse d'image pour animer les modèles des personnages. Le montage des scènes avec Gollum et Azog était une tâche complexe pour Jabez Olssen, mais Media Composer s'est montré à la hauteur.

« C'était facile de visualiser les scènes avec Gollum car Andy Serkis était capturé sur le lieu réel du tournage des actions », déclare Jabez Olssen. « Cependant, d'autres personnages tels qu'Azog étaient filmés séparément sur une scène de capture des performances, ce qui nécessitait de superposer différentes données dans une prise. Nous montions dans la timeline aussi bien verticalement qu'horizontalement. Pendant les premières étapes, la plupart des scènes étaient un patchwork d'actions live et d'animations incrustées, j'ai ainsi utilisé des effets PIP pour superposer les éléments afin de déterminer le timing des scènes. « Naturellement, j'ai dû utiliser de nombreux composites temporaires sur fond vert », continue-t-il. « Dans le film, les nains sont en fait des acteurs de taille normale, donc pour de nombreuses scènes, nous avons dû les rapetisser et les replacer dans l'image. »

Un film dans les salles, encore deux à sortir

 
 La stabilité et la fiabilité de Media Composer nous permettent de réaliser des films complexes, comme Le Hobbit, en respectant des délais serrés tout en ayant une entière confiance dans le système.
Jabez Olssen
Monteur de la trilogie Le Hobbit

Les fans du Hobbit attendent avec impatience les deux prochains volets de la série, ce qui signifie que l'aventure continue pour Jabez Olssen. De nombreux monteurs se montreraient réticents à l'idée de mettre à jour leur logiciel sur un projet aussi long, mais pas Jabez Olssen. « En fait, j'aime bien mettre à niveau mon logiciel, car je suis impatient de tester les nouvelles fonctionnalités, » avoue-t-il. « Les autres packages logiciels de montage non linéaire sont efficaces pour des projets avec un seul monteur, mais Media Composer est le seul logiciel qui fonctionne pour un film avec des effets visuels de cette ampleur. Le fait que tous les assistants monteurs puissent ouvrir les mêmes projets et chutiers est inestimable. La stabilité et la fiabilité de Media Composer nous permettent de réaliser des films complexes, comme Le Hobbit, en respectant des délais serrés tout en ayant une entière confiance dans le système. »