CS_MadMax_1862

Mad Max : Fury Road lancé sur la voie de la réussite avec Avid Everywhere

Mad Max : Fury Road est le quatrième opus de la franchise Mad Max du réalisateur George Miller, et le premier Mad Max depuis 30 ans. L'histoire se déroule au beau milieu d'un paysage désertique rigoureux, avec Tom Hardy dans le rôle de « Max » et Charlize Theron sous les traits de « Furiosa ». Ces deux protagonistes s'allient pour faire face à un ennemi impitoyable et tenter de s'échapper de ces terres dévastées en empruntant la « Fury Road ».

L'attente suscitée par le film a été largement récompensée : ce thriller post-apocalyptique est un exploit technique et créatif, unanimement acclamé par le public et les critiques. Mais sa production fut une aventure créative autrement plus âpre. Après huit mois de tournage intense dans le désert aride du Namib en Afrique australe, plus de deux années de post-production ont été nécessaires pour boucler le film. Côté montage, George Miller a une nouvelle fois fait appel à Margaret Sixel et à son équipe pour assembler plus de 470 heures d'images et donner naissance à la version finale du film de 120 minutes.

CS_MadMax_800A

Pour mener à bien cette tâche monumentale, Margaret Sixel et son équipe se sont appuyées sur des outils créatifs de pointe basés sur la plate-forme Avid® MediaCentral™ Platform. En choisissant Avid Everywhere™, elles ont ainsi pu surmonter des défis de taille, posés notamment par des conditions de production difficiles, une bande passante Internet limitée et les distances importantes séparant les équipes créatives, pour livrer l'un des films les plus innovants et passionnants de cette génération.

Media Composer et ISIS nous ont permis de gérer une quantité impressionnante d'images en toute simplicité, d'un bout à l'autre du projet.

MATT TOWN, SUPERVISEUR DE LA POST-PRODUCTION

Une production confrontée à des défis hors norme

La majeure partie de Mad Max : Fury Road met en scène des combats intenses impliquant des dizaines de véhicules, des centaines de figurants et des cascades toutes plus impressionnantes les unes que les autres. Pour créer ces séquences, l'équipe a tourné avec jusqu'à 20 caméras simultanément, de caméras Arri Alexa jusqu'à des appareils Canon 5D, souvent fixées sur des voitures et des camions en mouvement.

CS_MadMax_800B

L'équipe éditoriale présente sur le tournage a dû traiter de 10 à 20 heures de rushes par jour, de l'acquisition au transcodage, jusqu'à la validation de leur conformité, avant d'envoyer les médias aux salles de montage à Sydney. De plus, les cascades les plus complexes ont été traitées en priorité afin de respecter le planning de tournage et d'assurer une capture optimale.

« Nous devions expédier toutes les images en Australie par avion, ce qui demandait trois jours au minimum, et nous transférions les rushes les plus importants chaque jour vers Sidney via Internet », explique Matt Town, superviseur de la post-production. « Malheureusement, la bande passante dont nous disposions en Namibie était limitée et inconstante, ce qui a rendu ces opérations extrêmement difficiles. Avec plus de 470 heures d'images, dont 90 minutes de scènes de cascade complexes, la gestion et le partage d'un tel volume de médias constituait un défi hors norme. »

Notre workflow Avid nous a permis de gérer ce défi avec brio.

MARGARET SIXEL, MONTEUSE

Le socle du processus éditorial

Afin d'apporter une réponse à ces défis, l'équipe s'est tournée vers Media Composer et les solutions de stockage partagé ISIS. Le système comprenait neuf stations Avid Media Composer connectées à un système ISIS 44 To, dont trois systèmes Media Composer Nitris DX offrant aux équipes le plus haut niveau de performances pour le montage des effets en temps réel. Les assistants monteurs ont exploité six stations supplémentaires pour le montage du film, l'une d'elles fonctionnant à distance depuis une suite Digital Intermediate afin de permettre une meilleure intégration au processus DI.

« Le film a été tourné en grande partie en suivant la chronologie de l'histoire, ce qui s'est avéré être un avantage indéniable », commente Margaret Sixel. « Je suis restée en Australie pour travailler sur le montage durant la totalité des huit mois de tournage en Afrique australe. Il était important de créer très tôt des premiers montages convaincants du film, afin d'échanger des commentaires avec George et de discuter des reprises de plan. »

CS_MadMax_800C

Le système Media Composer utilisé sur le tournage disposait de son propre système ISIS contenant une copie de toutes les images, ce qui a permis à l'équipe de résoudre le problème du transfert des montages. Les chutiers Avid contenant les séquences étaient envoyés par e-mail, permettant des délais de livraison d'à peine une heure entre les salles de montage situées à Sidney et le désert de Namibie. Les systèmes Avid n'ont connu aucune défaillance ou baisse de performances au cours des deux années du processus de production, y compris durant la période passée dans la chaleur et la poussière du désert du Namib.

« Media Composer et ISIS nous ont permis de gérer une quantité impressionnante d'images en toute simplicité, d'un bout à l'autre du projet », explique Matt Town. « La possibilité de partager les chutiers nous a permis de répartir le tri et l'organisation des images entre plusieurs assistants, afin de faciliter leur révision. C'est le socle sur lequel repose la totalité du processus éditorial. Si vous ne pouvez pas trouver les images facilement, il est tout simplement impossible de les monter. »

« Notre workflow Avid nous a permis de gérer ce défi avec brio. Le package Avid complet constitue le choix ultime pour les monteurs professionnels », affirme Margaret Sixel.

Monter le film sur Media Composer a rendu le processus créatif très direct et intuitif.

MARGARET SIXEL, MONTEUSE

Tirer tout le potentiel des images

C'est après le tournage en Namibie que le véritable challenge a débuté pour Margaret Sixel et son équipe. Un nombre d'heures incalculable a été nécessaire pour expérimenter, réexaminer le moindre détail des images et rechercher des instants de perfection oubliés lors des premiers visionnages, afin de proposer à George Miller le maximum de choix créatifs. L'équipe a créé une quantité gigantesque de compositions pour construire des centaines de plans, en combinant parfois jusqu'à huit couches d'images. Elle a notamment ajouté des véhicules non présents lors du tournage, des flammes, des éclairs d'arme à feu, des guerriers supplémentaires sur le War Rig et différents arrière-plans.

« J'ai fait en sorte que tout soit aussi finalisé que possible avant que George n'arrive en salle de montage, et je sais ce qu'il attend », explique Margaret Sixel. « Ce n'était pas un film facile à monter, et l'orchestration globale s'est révélée plus complexe que pour tout autre film. J'ai créé plusieurs versions de chaque scène, puis je les ai classées dans l'ordre de mes préférences. Certaines paraissent simples en apparence, mais les variables sont considérables. Chaque séquence a nécessité un nombre d'heures impressionnant, et chaque scène du film y figure pour une bonne raison. Il n'y a pas de place pour le superflu. Ni pour les redondances. »

CS_MadMax_800D

Dès que George Miller était satisfait d'une scène, Margaret Sixel demandait aux assistants monteurs d'assembler toutes les options disponibles pour chaque plan, dont les nombreuses possibilités de compositions. Pour créer les versions alternatives des compositions, les monteurs modifiaient le timing de chaque élément, utilisaient différentes prises et testaient divers arrière-plans. George Miller et Margaret Sixel passaient ensuite en revue toutes les alternatives et peaufinaient le montage.

« C'était fantastique d'avoir sous la main autant de contenus de cette qualité, mais cela pouvait parfois donner le vertige », confie Margaret Sixel. « Le nombre de variations possibles était impressionnant, et nous revenions constamment aux chutiers originaux des scènes. Lorsque vous assemblez une scène pour la première fois, vous portez un regard particulier sur les images. Mais au fur et à mesure de la progression du film, vous commencez à voir les mêmes images sous un angle différent et à imaginer de nouvelles façons de les exploiter. Je crois que nous avons tiré tout le potentiel des images. »

Un processus éditorial intuitif

L'éthique de travail et le professionnalisme de l'équipe ont payé et Mad Max : Fury Road s'est hissé au rang de blockbuster. Selon Margaret Sixel, même si le processus de production a exigé un temps considérable, le succès retentissant du film justifie amplement la quantité de travail engagée. Elle compare ce processus à la création d'une mosaïque d'art ou d'une œuvre musicale : de subtils arrangements peuvent avoir d'immenses répercussions sur le montage définitif.

« Le montage est loin d'être seulement un exercice technique, c'est un processus qui fait appel à l'intellect, aux émotions, et à l'instar de toutes les disciplines artistiques, à l'intuition », conclut Margaret Sixel. « Monter le film sur Media Composer a rendu le processus créatif très direct et intuitif. Chaque nuit, je pouvais dormir sur mes deux oreilles en sachant que nos systèmes Avid conservaient bien en sécurité les centaines de choix de montage pris pendant la journée. »

© 2018 Avid Technology, Inc. Tous droits réservés. Avid, le logo Avid, Avid Everywhere, iNEWS, Interplay, ISIS, AirSpeed, MediaCentral, Media Composer, Pro Tools et Sibelius sont des marques commerciales ou des marques déposées d'Avid Technology, Inc. ou de ses filiales aux États-Unis et/ou dans d'autres pays. Le nom Interplay est utilisé avec la permission d'Interplay Entertainment Corp., qui n'assume aucune responsabilité par rapport aux produits Avid. Toutes les autres marques commerciales sont la propriété de leurs détenteurs respectifs. Les fonctionnalités des produits, leurs spécifications et leur disponibilité ainsi que les configurations système requises peuvent faire l'objet de modifications sans préavis.

Vos préférences en matière de cookies sur ce site

Les cookies sont importants pour le bon fonctionnement d'un site Pour améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies afin de retenir les informations de connexion et offrir une connexion sécurisée, collecter des statistiques visant à optimiser la fonctionnalité du site et à fournir du contenu adapté à vos centres d'intérêt. Cliquez sur « Accepter et continuer » pour accepter les cookies et vous rendre directement au site, ou cliquez sur « En savoir plus » pour obtenir plus d'informations sur les cookies et apprendre à définir les paramètres associés ou désactiver les cookies de votre ordinateur. Sachez que la désactivation des cookies peut entraîner un effet préjudiciable sur votre utilisation des sites Avid. Par exemple, la boutique en ligne Avid ne fonctionne pas sans cookies.

En savoir plus

Accepter et continuer