• Pistes audio 16
  • Entrées 4
  • Plug-ins 20+
  • Projets 3
CS_FF

La lettre d'amour des Foo Fighters à la musique américaine

Le documentaire « Foo Fighters: Sonic Highways » célèbre le 20e anniversaire de ce groupe de rock au succès incomparable, au travers d'une odyssée dans les studios les plus connus du pays, et permet à HBO d'innover.

Réalisé par le chanteur des Foo Fighters, Dave Grohl, ce documentaire en huit parties, prévu pour la télévision, filme les déplacements du groupe d'un studio mythique à un autre, aux quatre coins des États-Unis (Chicago, Austin, Nashville, Los Angeles, Seattle, La Nouvelle-Orléans, Washington, D.C. et New York) lors de l'écriture et de l'enregistrement de son dernier album, Sonic Highways.

Chaque épisode inclut des entretiens avec des artistes, producteurs et directeurs de studio de premier plan, qu'il s'agisse de stars mondialement connues, comme Dolly Parton ou Willie Nelson, ou de pionniers de l'enregistrement, comme Steve Albini et Daniel Lanois. Il se termine par une vidéo musicale de la chanson enregistrée par le groupe lors de ce spectacle.

Pour la réalisation de ce documentaire exigeant, le logiciel Avid MediaCentral Platform devait fournir un workflow collaboratif aussi rapide qu'efficace, et capable de gérer 400 heures de rush par épisode. Par ailleurs, il devait s'adapter aux plannings de plus en plus serrés de l'équipe de production et de l'excellent personnel de montage et audio qui suivait la progression du groupe.

Six monteurs vidéo (Brian Lazarte, Scott Hanson, Grant MacDowell, Kristin McCasey, Lenny Mesina et Meg Ramsay) ont l'un après l'autre pris les devants sur un ou deux épisodes. Le preneur de son, Jeff Fuller, a pris la tête d'une équipe comprenant un monteur de dialogues et un monteur d'effets sonores. Parallèlement à cela, une équipe d'assistants de post-production a pu gérer efficacement les opérations.

Grâce au logiciel Media Composer® et Avid Pro Tools® de la suite Artist Suite d'Avid, les équipes de montage et de prise de son ont pu établir un environnement de post-production axé sur la collaboration, afin de pouvoir gérer une quantité importante de rushes. Lorsque les monteurs ont terminé leurs épisodes, ils ont pu venir en aide à leurs collègues en partageant avec eux des séquences et des rushes, afin de pouvoir respecter des délais serrés. Par ailleurs, ils ont étroitement collaboré avec Dave Grohl et le compositeur, Mark Monroe.

La voix du rock

La première étape de la tournée Sonic Highways Tour était Chicago. Le monteur principal était Meg Ramsay. « L'ensemble du documentaire était caractérisé par un certain style, une certaine attitude », déclare Meg Ramsay.

CS_FF_800A

« Dave Grohl voulait un reportage au rythme effréné, mais chargé d'émotion et drôle. Cela dit, chaque épisode a sa propre atmosphère, influencée par la ville concernée, les rushes et le monteur. Certains se caractérisent par les bons moments que nous avons passés en studio, alors que, dans d'autres, ce sont surtout les entretiens avec d'autres musiciens qui se sont avérés grandioses. De même, certains épisodes abordaient l'histoire de Dave Grohl, les autres se concentrant sur celle d'autres personnes. Chaque monteur a apposé sa propre marque à l'épisode qu'il a piloté. Cela dit, au final, nous avons raconté l'histoire des rushes, comme tout autre documentaire. »

Le logiciel Media Composer est ultraperformant. Ce système a toujours été parmi les plus fiables et les plus intuitifs. En plus, il fonctionne parfaitement lors du partage de fichiers multimédias.

KRISTIN MCCASEY, MONTEUSE

Après un premier visionnage des rushes, Mark Monroe a collaboré avec Meg Ramsay afin de regrouper les edits et de créer un script. Les autres monteurs principaux ont suivi le même processus dans les autres villes.

« Tout au long du processus, nous avons discuté avec Dave Grohl, afin de savoir sur quoi il voulait mettre l'accent et ce qui lui plaisait ou non », explique Meg Ramsay. « Nous avons dû monter un grand nombre de rushes assez rapidement. »

Le monteur principal de l'épisode dédié à Austin, Scott Hanson, pense également que le fait de raconter autant d'histoires que possible dans le temps imparti tenait de la gageure. « Nous n'avions qu'une heure pour cela », déclare-t-il. « Nous avons donc dû déterminer ce que nous voulions garder. Certains choix ont été particulièrement difficiles. Nous avons adopté un grand nombre d'arrangements et d'idées, qui ont influé sur la sélection de versions différentes d'une séquence ou d'un moment. »

La narration selon Media Composer

Le monteur principal de l'épisode dédié à Seattle, Brian Lazarte, s'est appuyé sur sa grande expérience concernant la boîte à outils de Media Composer pour gérer des délais réellement serrés. « J'ai commencé par les 20 entretiens qui devaient constituer la majeure partie de l'épisode », explique-t-il. « J'avais toutes les transcriptions à portée de main, mais je voulais regarder tous les entretiens, afin d'identifier leurs différentes nuances. Pour chacun, j'ai ajouté des repères détaillés, afin d'identifier le sujet et l'estimation en points, ainsi que les moments drôles ou intéressants. Ensuite, j'ai demandé à mon assistant, James Leche, de rassembler toutes mes notes et de créer un document maître, qui m'a permis de rechercher des estimations en points, des rubriques et des documents conjonctifs, afin de commencer à mettre mon récit en forme. Les documents archivés étaient affichés en fonction d'une liste de requêtes sur le document maître. James Leche a créé une séquence maître dans Media Composer, qui incluait tous les repères de chacune. J'ai appliqué la même technique à toutes les données archivées. Du point de vue de la créativité, je n'ai jamais eu le sentiment de devoir faire de grands efforts pour rechercher des informations particulières. »

« J'ai toujours l'impression que ce sont les rushes qui déterminent comment effectuer le découpage », ajoute-t-il. « Seattle a son propre style, c'est certain. »

Media Composer assure une gestion solide des fichiers multimédias


« Selon moi, la gestion des fichiers multimédias était un défi pour nos assistants », explique Kristin McCasey, monteuse principale de l'épisode dédié à Nashville. « Nous partagions des fichiers multimédias sur un grand nombre de systèmes, en insérant de nouveaux rushes au fur et à mesure qu'ils étaient filmés. À cela s'ajoutait le flux constant de rushes d'archivage. En tout, nous disposions de 70 To de fichiers multimédias Avid, qui correspondaient à 1 300 heures de rushes d'archivage et 1 900 heures de rushes de vidéo brute. Cela se traduisait par 400 heures de rushes par épisode. »


CS_FF_800B

« Le logiciel Media Composer est ultraperformant », ajoute-t-elle. « Ce système a toujours été parmi les plus fiables et les plus intuitifs. En plus, il fonctionne parfaitement lors du partage de fichiers multimédias. Quelle que soit la taille d'un projet, les fichiers multimédias sont toujours à l'emplacement prévu. Nous n'avons eu aucun réel problème à ce niveau. Nos assistants ont fait un travail remarquable, en vérifiant qu'ils étaient correctement organisés et identifiés. Par exemple, mon assistant a classé les rushes d'archivage en séquences, regroupées par sujet. Lorsqu'il ajoutait de nouvelles données d'archivage à une séquence, il les mettait en vert et me le signalait. »

Grant MacDowell, qui a effectué le découpage des épisodes consacrés à Washington, D.C. et La Nouvelle-Orléans, ne tarissait pas d'éloges sur le travail de son assistant, Mike Stone. « Je lui ai demandé de sélectionner des rushes et de les transférer vers un emplacement facile d'accès », explique M. MacDowell. « Une fois le premier montage effectué dans Media Composer, je parcourais l'ensemble des rushes, à la recherche de pépites supplémentaires. Un monteur regrette toujours de ne pas avoir plus de temps ; ce projet n'a pas fait exception à la règle. »

« Media Composer était le choix logique, du fait de sa capacité à s'intégrer en toute transparence, malgré le nombre important de types de fichiers et de codecs », explique Mike Stone. « Nous avons pu déplacer les fichiers multimédias vers les différents projets très rapidement, ce qui, au vu du nombre de monteurs, nous a permis de gagner beaucoup de temps. Comme la gestion du délai était un réel problème, il nous fallait un programme capable de tenir le rythme, mais également de gérer notre workflow en ligne sans ralentir ou se bloquer. »

« La détection des doublons nous a également grandement aidés », ajoute M. Stone. « Étant donné la quantité de rushes d'archivage utilisés, il était parfois difficile de se rappeler quels rushes ou images étaient déjà utilisés. Grâce à la fonction de détection des doublons, nous avons pu éviter ce problème. »

Le mode de caméras multiples de Media Composer a beaucoup aidé Meg Ramsay, monteuse principale de l'épisode consacré à Los Angeles. « Pour filmer l'enregistrement des Foo Fighters en studio, nous avons mis en place trois à quatre caméras statiques, plus deux caméras portatives », explique-t-elle. « Le fait de pouvoir regrouper toutes les caméras les unes avec les autres nous a été très précieux. »

Lenny Mesina, monteur principal de l'épisode consacré à New York et expert de Media Composer, a également apprécié cette fonctionnalité. « Comme nous avons filmé les Foo Fighters dans différents studios d'enregistrement et ce, pour chaque épisode, nous avons dû configurer plusieurs caméras, afin de les filmer lorsqu'ils passaient d'une pièce à l'autre », explique-t-il. « Il était parfois nécessaire d'utiliser entre six et neuf caméras. Media Composer nous a permis de regarder toutes les caméras en même temps, et j'ai pu choisir les meilleurs moments quand il le fallait. »

Pro Tools, un son qui répond aux attentes


En ce qui concerne les données audio, Jeff Fuller a utilisé Pro Tools exclusivement pour le mixage du spectacle, en utilisant une surface de contrôle Avid C|24. « En dehors des préamplificateurs de microphone, je n'ai utilisé que du matériel Avid », déclare-t-il. « Tous nos monteurs utilisant Media Composer, le workflow s'est avéré d'une grande fluidité, grâce à Pro Tools. Ce logiciel est capable de lire un degré élevé de détail, comme la fonctionnalité Gain du clip de Media Composer. Cela facilite grandement le processus de mixage lorsque je sais assez précisément ce que le monteur souhaite. »


CS_FF_800C


La capacité de Pro Tools à s'exécuter sur un ordinateur portable sans matériel supplémentaire nous a permis de faire tout ce que nous devions faire et ce, très rapidement.

JIM ROTA, CHEF DE PRODUCTION

« L'une des fonctionnalités que j'ai appris à utiliser sur mon système C|24 est le panoramique surround », explique M. Fuller. « Dans l'épisode consacré à Seattle, nous avons pris quelques libertés concernant le son surround, qui était vraiment incomparable. S'il regarde attentivement, le spectateur comprendra ce qui se passe. Dans l'épisode dédié à La Nouvelle Orléans, j'ai placé des microphones et d'autres éléments à des endroits différents de la pièce ; je me suis beaucoup amusé. Grâce C|24 et à Pro Tools, j'ai pu très simplement automatiser, contrôler et manipuler toutes les données audio. »

Le chef de production Jim Rota a également utilisé le fleuron des logiciels de gestion audio d'Avid lorsqu'il a analysé ses mixages, lors de ses déplacements. « Lorsque nous avons tourné les vidéos musicales, nous avons principalement utilisé Pro Tools pour nous assurer que toutes les données audio étaient audibles et de bonne qualité lors du playback », explique-t-il. « Ce logiciel nous a également permis, lors du post-processus, de définir des versions différentes pour divers éléments, par exemple les conversions de débit des images et toute sorte de document à rendre qui apparaissaient ici et là. Pour ce genre de processus, ce logiciel est comme un couteau suisse ! »

« Nous devions réduire notre encombrement au maximum, car ce que les Foo Fighters enregistraient, c'était d'abord et avant tout un nouvel album », explique M. Rota. « À la base, le documentaire devait seulement compléter cet album, et nous ne voulions pas les gêner. »

J'ai créé un mixage du spectacle dans son ensemble sur Pro Tools et ce, sans aucun problème. Ce logiciel est d'une stabilité à toute épreuve.

JEFF FULLER, PRENEUR DE SON

CS_FF_800D

« Ainsi, la capacité de Pro Tools à s'exécuter sur un ordinateur portable sans aucune interface ni matériel supplémentaire nous a permis de faire tout ce que nous devions faire et ce, très rapidement et sans rencontrer de problème majeur. Nous avons pu écouter les mixages où que nous nous trouvions, sans être contraints de recourir à un système complet installé dans un seul lieu. Cet outil, d'une très grande portabilité, est idéal pour réaliser des films dans les conditions les plus exigeantes. »

Jeff Fuller conclut l'entretien en vantant les mérites de Pro Tools, qui s'est montré « étonnamment robuste » et ce, tout au long du documentaire. « J'ai créé un mixage du spectacle dans son ensemble sur Pro Tools et ce, sans aucun problème logiciel », ajoute-t-il. « Si l'on met de côté les erreurs occasionnées par l'utilisateur, le logiciel lui-même est d'une grande stabilité. »

© 2018 Avid Technology, Inc. Tous droits réservés. Avid, le logo Avid, Avid Everywhere, iNEWS, Interplay, ISIS, AirSpeed, MediaCentral, Media Composer, Pro Tools et Sibelius sont des marques commerciales ou des marques déposées d'Avid Technology, Inc. ou de ses filiales aux États-Unis et/ou dans d'autres pays. Le nom Interplay est utilisé avec la permission d'Interplay Entertainment Corp., qui n'assume aucune responsabilité par rapport aux produits Avid. Toutes les autres marques commerciales sont la propriété de leurs détenteurs respectifs. Les fonctionnalités des produits, leurs spécifications et leur disponibilité ainsi que les configurations système requises peuvent faire l'objet de modifications sans préavis.

Vos préférences en matière de cookies sur ce site

Les cookies sont importants pour le bon fonctionnement d'un site Pour améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies afin de retenir les informations de connexion et offrir une connexion sécurisée, collecter des statistiques visant à optimiser la fonctionnalité du site et à fournir du contenu adapté à vos centres d'intérêt. Cliquez sur « Accepter et continuer » pour accepter les cookies et vous rendre directement au site, ou cliquez sur « En savoir plus » pour obtenir plus d'informations sur les cookies et apprendre à définir les paramètres associés ou désactiver les cookies de votre ordinateur. Sachez que la désactivation des cookies peut entraîner un effet préjudiciable sur votre utilisation des sites Avid. Par exemple, la boutique en ligne Avid ne fonctionne pas sans cookies.

En savoir plus

Accepter et continuer